Vous êtes ici : Patrimoine > Eglise et presbytère

Le presbytère

Le presbytère daterait du XIIIe siècle pour les parties est et ouest, tandis que la façade et l’arrière, avec leur agencement de pierres et de briques seraient de l’époque Louis XIII. Il a beaucoup d’allure avec sa grande porte blason, son toit très haut portant deux étages de fenêtres mansardées. Dommage qu’une construction banale ait été ajoutée sur la droite de la façade. De ce même côté, au pignon est, on remarque l’emplacement d’une ouverture maintenant obstruée. Elle permettait, par un petit pont, l’accès direct à l’église.

L'église

Sur le mur de soutènement du cimetière, on remarque des corbeaux qui supportaient en 1804, la charpente d’une grange et d’une écurie. L’église, sur sa colline domine la vallée et le bourg ; c’est une des plusanciennes des environs de Lisieux. La nef serait de la moitié du XIe siècle, ainsi qu’en témoigne, sous le crépi, un appareil grossier en feuilles de fougères, qu’on peut voir côté nord, à côté de la sacristie. Les murs de la nef sont d’une grande épaisseur ce qui explique la faible importance des contreforts nord et sud.

Le chœur subit bien des avatars au cours des siècles : il possédait une grande fenêtre ogivale qui fut bouchée et remplacée par un tableau, représentant, paraît-il, l’Assomption. Puis une maison lui fut adossée, remplacée ensuite par une sacristie. Le chœur actuel, qui fut inauguré le 30 août 1895 n’a plus rien à voir avec la première construction. Près de l’entrée actuelle, on remarque les vestiges d’une porte romane qui était la principale entrée précédée à une époque par un porche en bois.

Le clocher, pyramide élancée, possède 3 cloches. Il y avait autrefois 2 cloches, la plus grosse fut fêlée en 1790 ; alors les deux furent refondues en une seule ; l’opération se fit dans la cour du presbytère ; mais elle fut encore brisée en 1840 et refondue deux ans plus tard. On lui donna comme compagne la cloche de l’église de Villers. Celleci, au son argentin très pur paraît-il, fut fêlée le 11 novembre 1918, les sonneurs ayant tiré sur la corde avec ardeur pour annoncer l’armistice.

Le mobilier de l’église de Glos est riche : superbes boiseries dans le chœur et stalles de l’époque Louis XIV provenant de l’ancienne abbaye Saint Pierre de Cormeilles et acquises en 1760. Elles furent déposées en 1895 à l’occasion de la démolition du chœur et ne furent réinstallées qu’en 1920. On trouve aussi un chemin de croix assez exceptionnel : 14 tableaux gravés par Petrarl et coloriés dans le genre d’un célèbre peintre allemand.

Abside

Stalles

Presbytère